Voyager pas cher : mes 10 astuces

 

Lambi

 

Très souvent, on m’a demandé comment je pouvais me payer tous mes voyages. En effet, pour la majorité des personnes, voyager est synonyme de dépenser. Comme je ne roule pas sur l’or, j’ai pensé qu’il serait bon d’écrire un article sur ma manière de voyager avec un petit budget.
Résumé en trois verbes : je travail, j’économise, je pars. Évidemment, ce n’est pas le fait de partir qui coûte le plus cher, c’est le fait de rester sur place. Les trois dépenses principales d’un voyageur étant le logement, la nourriture et le transport, comment peut-on les minimiser lorsque l’on souhaite voyager à moindre coût ? Voici les quelques astuces que j’utilise et qui pourraient peut-être vous inspirer.

 

I – Utiliser un comparateur de vols

Flight
The sky, somewhere between Paris and London

Skyscanner est un comparateur de vol que j’utilise chaque fois que je dois prendre l’avion, car c’est un outil formidable pour avoir un aperçu des vols les moins chers disponible. Seul inconvénient, les offres les moins chères vous renvoient vers des sites tiers où, dans la majorité des cas, un supplément sera appliqué juste au moment de payer. Dans ce cas, lorsque vous trouvez un vol pas cher via Skyscanner, c’est ensuite de le réserver directement sur le site de la compagnie aérienne qui l’opère. Ainsi, vous aurez moins de chance d’avoir des problèmes quant à votre réservation.

 

II – Voyager léger

Backpack
My backpack for 8 months on the road

Voyager avec un sac-à-dos de 50 litres maximum vous fera faire des économies. C’est une contenance suffisante pour n’importe quelle durée de séjour ; d’une part, vous n’emmènerez que l’essentiel, et d’autre part, vous n’aurez pas à payer le prix d’un bagage en soute puisque vous pourrez prendre votre sac en cabine. Cela vous épargnera aussi de le voir s’égarer lors d’une connexion entre deux vols.

 

III – Dormir chez l’habitant


Norwegian breakfast at my hosts’ in Oslo – back when I wasn’t vegan 😉

Lorsque l’on voyage, il peut être difficile de vraiment s’imprégner de la culture locale. Couchsurfing et Trustroots sont deux sites excellents pour trouver des hôtes qui vous hébergeront gratuitement, en échange de votre sympathie et de votre volonté à vouloir passer du temps avec eux. J’ai fais beaucoup de belles rencontres grâce à Couchsurfing, néanmoins je ne recommande pas ce système pour ceux qui ne sont pas prêts à passer du temps avec leurs hôtes ou qui souhaitent avoir beaucoup d’intimité.

Pour les personnes plus indépendantes ou qui souhaite avoir un peu de répit social, Airbnb est une bonne alternative à l’hôtel. On peut trouver des logements abordables.

 

IV – Être frugal

Une notion assez vague, certes, mais c’est la clé pour voyager avec un budget serré. Dans la notion de frugalité, on pense à utiliser son argent à bon escient. A titre d’exemple, lorsque je voyage, je n’achète pas ou très peu de souvenirs. Si je dois manger dehors, je me contente de deux repas par jour, je limite les activités payantes, je marche plutôt que de prendre les transports… C’est parfois difficile de faire la part des choses entre profiter de son voyage et faire des économies. Tout est une question de priorités, propres à chacun. L’important est de rester raisonnable et de faire les choix qui nous semblent justes pour éviter les frustrations.

 

V – Être sédentaire

Drinking coconut
Drinking coconut by the swimming pool in Chiang Mai, Thailand – Spent two weeks there, hosted by American students

Cela peut sembler contraire à l’idée de voyage. Pourtant, être sédentaire à l’étranger est une manière intéressante de voyager. Le fait de s’arrêter quelque part pendant une période de temps plus longue est un moyen de limiter ses dépenses en transport, en plus de recharger ses batteries et découvrir un endroit sous toutes ses coutures. C’est souvent plus appréciable que de survoler un endroit et de passer au suivant. Less is more.

 

VI – Faire du volontariat

Dirty feet
Les pieds cracra – Volunteering near Chaiyaphum, Thailand

Pour nous aider dans cette notion de “voyage sédentaire pas cher” évoquée au point précédent, les sites HelpX et Workaway seront nos alliés. En effet, c’est avec HelpX que j’ai voyagé tout au long de l’Asie du Sud-Est, en faisant divers missions de volontariat en Chine, au Vietnam, en Thaïlande et au Népal. En échange de quelques heures de travail, vos hôtes vous logent et vous nourrissent (attention à bien lire chaque annonce pour voir ce qui est inclut). Ce système s’adresse à des personnes qui sont prêtes à s’engager dans un projet et céder une partie de leur temps libre à la réalisation d’une tâche de travail. De mon point de vue, c’est un bon compromis : on s’imprègne plus de la vie locale tout en créant des liens et en rendant service, en plus de faire quelques économies.

 

VII – Penser local

Leishan Market
Market in Leishan, China

Beaucoup de services mis à disposition des touristes sont chers. Pourtant, ils fonctionnent car ils facilitent souvent le voyage. On pense aux taxis, aux hôtels, aux bus spéciaux, aux agences de voyages… Quand on veut voyager sur le cheap, ce sont des choses à éviter. Préférez prendre les moyens de transports comme les bus ou le métro plutôt que les taxis, mangez là où beaucoup d’autochtones semblent aller (donc, pas dans les zones touristiques, la nourriture n’y est pas meilleure) ou, mieux, cuisinez si vous en avez l’occasion… Observez les locaux, essayez d’échanger avec eux et vous découvrirez les meilleurs endroits de la ville.

 

VIII – Apprendre la langue du pays

Luang Namtha Beauty Contest
Beauty contest in Luang Namtha, Laos

Sans être parfaitement bilingue, connaître quelques mots dans la langue du pays où vous voyagez peut être bénéfique. Je considère que s’exprimer dans la langue locale est une preuve de respect, souvent très apprécié par les habitants. Dans certains pays, comme la Chine, parler la langue locale vous évitera de payer les prix destinés aux touristes, ce qui nous amène vers le point suivant…

 

IX – Négocier

Turkish MarketMarket in Cubuk, Turkey

Bien qu’en occident, la tendance est au prix fixe, beaucoup de pays dans le Monde sont adeptes du marchandage. De part mon expérience en Asie, j’ai compris que beaucoup de choses peuvent être négociées. C’est une approche étrange au début, mais il ne faut pas avoir peur de se lancer : ma méthode pour marchander, c’est de me mettre un prix fixe en tête, de me décider sur la somme que je serai prête à dépenser pour ce que je souhaite acquérir. Ensuite, je commence par dire un prix légèrement en-dessous de mon prix “psychologique”, car je sais que le marchand cédera rarement au prix que j’aurai initialement fixé. Certains vendeurs vont ajuster leur prix, d’autres resteront fermes ; c’est le jeu. 😉
Pour ma part, j’aime penser que les deux parties font une bonne affaire. Le marchand qui doit gagner sa vie, et moi qui doit faire attention à mes sous.

 

X – Faire de l’auto-stop

Hitchhiking
Bad face day

Même si, de manière générale, l’auto-stop reste assez stigmatisé, c’est une solution idéale pour se déplacer au sein d’un – ou plusieurs – pays à moindre coût. J’aime beaucoup faire de l’auto-stop car cela permet également de faire de belles rencontres, en plus de donner une bonne montée d’adrénaline à votre voyage et de garantir une aventure inoubliable. L’auto-stop n’est pas à prendre à la légère puisqu’il faut s’armer de patience – donc, faire du stop lorsque l’on est pas pressé – et savoir faire preuve d’organisation, de planification et de prudence. Hitchwiki est un très bon site pour avoir des conseils sur l’auto-stop, et même avoir accès à une carte interactive où de nombreux hitchhikers notent leurs expériences sur les routes.

 
 

Et vous, quelles sont vos astuces pour voyager pas cher ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *